Application des lois forestières

p0006.jpg

Le pointage des grumes garantit la légalité.

Il est difficile d'obtenir des informations fiables sur l'ampleur de la criminalité forestière. Il n'en reste pas moins que, de toute évidence, l'exploitation forestière illégale et le commerce clandestin des produits forestiers menacent l'aménagement forestier durable et le développement durable dans beaucoup de pays et qu'ils doivent être maîtrisés.

Une décision prise par le Conseil international de bois tropicaux en novembre 2001 a marqué une étape importante dans ce sens. Elle fournissait des ressources grâce auxquelles les pays producteurs de bois tropicaux pouvaient se procurer l'aide de l'Organisation afin de trouver des moyens d'améliorer l'application des lois forestières. Elle encourageait également les membres à soumettre des propositions de projet visant les prélèvements non durables de bois, l'application des lois forestières et le commerce illégal de bois tropicaux, en vue d'attirer davantage de financements dans ces secteurs.

L'OIBT reconnaît qu'un surcroît de transparence du commerce des bois peut également aider à réduire l'illégalité. En fait, dès qu'elle a commencé à opérer, l'Organisation a rassemblé, analysé et diffusé des données relatives au commerce (voir négoce & marchés du bois) et a consacré des ressources considérables à renforcer les capacités des pays membres de surveiller leurs secteurs bois (voir renforcement des capacités statistiques).

L'OIBT a récemment mis en train une série d'études de cas sur les données d'exportation et d'importation des divers pays. Ces études servent deux objectifs: faire la lumière sur les pertes qu'entraîne le commerce clandestin, et améliorer les rapports sur les statistiques du bois dans les pays producteurs et dans les pays consommateurs.

En outre, l'OIBT oeuvre avec les administrations et les partenaires non gouvernementaux dans le cadre d'une initiative de collecte des données sur les forêts dans trois pays de la cuvette congolaise. Cette initiative vise à améliorer l'application des lois forestières dans des secteurs de concession en vue de promouvoir une meilleure gestion des forêts et la conservation efficace des aires protégées.

Plus généralement, de nombreux projets OIBT servant à promouvoir l'aménagement forestier durable sont invariablement liés aux efforts destinés à réduire au minimum les pratiques illégales, en particulier au stade des abattages et de l'extraction. Les contributions apportées par l'OIBT lorsqu'elle a été la première à élaborer des directives, principes, critères et indicateurs de l'aménagement durable des forêts tropicales, ainsi que les travaux qu'elle poursuit sur la certification des bois et son rôle dans la planification de la gestion des forêts, sont autant d'activités qu'elle a menées dans ce sens. Les projets de l'OIBT sur le développement d'aires de conservation transfrontière jouent également un rôle: mis à part le besoin d'assurer la conservation, certaines aires transfrontières totalement protégées peuvent avoir une importante fonction de surveillance et de prévention des activités illégales associées aux forêts, en particulier la contrebande aux frontières.

Vous trouverez un exposé détaillé du programme d'action de l'OIBT en vous reportant au Plan d'action OIBT de Yokohama ou en cliquant sur Ressources et Dossier des projets pour en savoir plus au sujet des travaux de l'OIBT en matière d'application des lois forestières.