Restauration des paysages forestiers

Des femmes plantent des graines d’acajou dans une pépinière située dans la péninsule du Yucatan, au Mexique. L’OIBT encourage la restauration des paysages forestiers et le développement de plantations forestières qui ont des retombées favorables sur les plans économique, social et environnemental. Photo: INIFAP

Des forêts saines jouent des rôles importants dans la vie de milliards d’habitants. Elles rejettent de l’eau propre dans les cours d’eau et réservoirs, offrent des milliers de plantes et animaux consommables, dispensent des médicaments et se tiennent prêtes à alimenter les besoins industriels et locaux en bois d’œuvre et bois de feu. Par définition, une surface forestière ou une forêt primaire dégradée ne peuvent remplir ces fonctions. L’eau finit en effet par être souillée, les précieuses flore et faune disparaissent et les stocks de bois d’œuvre et de bois de feu s’amenuisent.
 
La restauration d’un paysage forestier dégradé a pour objectif de restaurer son intégrité écologique et d’améliorer sa productivité et sa valeur économique, ce qui peut recouvrir un vaste éventail d’affectations des sols en sus des forêts. La restauration d’un paysage forestier a fait ses preuves en montrant qu’elle permettait de remettre en état des biens et services vitaux et d’améliorer les moyens d’existence des populations locales. Il s’agit aussi d’un outil qui concrétise divers objectifs paysagers en créant des mosaïques d’occupations des sols qui sont complémentaires et productives.
 
La restauration d’un paysage forestier est un moyen de donner suite aux engagements convenus en matière de forêt, biodiversité, changement climatique et désertification. Elle contribue notamment aux Objectifs de développement durable 1 (Pas de pauvreté), 6 (Eau propre et assainissement) et 15 (Vie terrestre).
 
En coopération avec le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’OIBT a publié en 2002 les Directives OIBT pour la restauration, l’aménagement et la réhabilitation des forêts tropicales dégradées et secondaires. Elles font actuellement, sous la direction de l’OIBT, l’objet d’une révision dans le cadre d’une initiative conjointe du Partenariat de collaboration sur les forêts.
 
En 2005, en coopération avec l’UICN, l’OIBT a publié un manuel de restauration des paysages forestiers, Restauration des paysages forestiers: Introduction à l’art et la science de la restauration des paysages forestiers, afin d’explorer et d’expliquer les concepts et stratégies à l’œuvre en la matière.

Liens connexes