Restauration & forêts plantées

P0463.jpg

Photo: C. Prebble

Les forêts saines jouent un rôle important dans la vie de millions, et probablement de milliards, de personnes. Elles purifient l'eau qui se déverse dans les rivières et les réservoirs, président à la croissance de centaines de plantes comestibles et d'animaux, dispensent des substances médicinales et se prêtent à répondre aux besoins des industries et des populations locales en bois d'oeuvre et bois de feu. Par définition, les terres et les forêts dégradées ne sont pas en mesure d'assurer ces fonctions. L'eau devient polluée, de précieuses espèces végétales et animales disparaissent, et les approvisionnements en bois d'oeuvre et bois de feu s'amenuisent.

Sous les tropiques, les forêts et les terres dégradées couvrent de vastes superficies qui ne cessent de s'étendre. L'amélioration de la gestion des forêts aidera à freiner cette expansion, mais que doit-on faire d'environ 800 millions d'hectares de forêts et de terres forestières déjà dégradées? L'OIBT a oeuvré avec plusieurs partenaires comme l'UICN, le Centre pour la recherche forestière internationale, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, et le Fonds mondial pour la nature, à l'élaboration de Directives pour la restauration, l'aménagement et la réhabilitation des forêts tropicales dégradées et secondaires. Ces directives ont été présentées aux décideurs et aux praticiens lors d'une série d'ateliers régionaux et nationaux. Un manuel, intitulé Restauration des paysages forestiers: introduction à l'art et la science de la restauration des paysages forestiers, a également été élaboré et publié par l'OIBT, en coopération avec l'UICN, pour expliciter les concepts et les stratégies concernant la restauration de ces paysages. Des ateliers nationaux ont lieu dans plusieurs pays en vue de promouvoir l'application des directives et l'utilisation du manuel. En outre, l'OIBT a mis au point un programme de terrain pour aider les gouvernements et les communautés locales à réhabiliter et gérer des forêts dégradées et secondaires en vue d'en obtenir les avantages que celles-ci peuvent leur procurer.

L'OIBT soutient également la création de plantations destinées essentiellement à produire du bois d'oeuvre et/ou du bois de feu. En 1993, elle a publié les Directives pour création et l'aménagement durable des forêts artificielles tropicales et a financé un programme de terrain visant à stimuler la création et la gestion de plantations, principalement par les communautés. Au Togo, par exemple, un projet de l'OIBT a aidé une communauté à exploiter, élargir et gérer une plantation de teck négligée: ce faisant, cette communauté a amélioré son approvisionnement en eau, réhabilité un dispensaire et mis en place d'autres industries lui procurant des revenus. Elle a également protégé un restant de forêt naturelle et entrepris un travail de restauration.

L'OIBT favorise également des activités de boisement et reboisement relevant du Mécanisme pour un développement propre (BR-MDP) prévu par le Protocole de Kyoto. Ces activités sont susceptibles de contribuer à l'expansion des forêts et à l'augmentation des ressources forestières. À cet égard, un projet de l'OIBT a été mis en oeuvre par le secrétariat afin de renforcer les capacités de monter des projets BR-MDP. En Colombie, un autre projet de l'OIBT cherche, avec la participation non seulement des communautés locales mais aussi celle des investisseurs internationaux, à limiter la dégradation d'environ 72.000 hectares de forêts en recourant au mécanisme BR-MDP. Une lettre d'intention a été déjà signée par la Banque mondiale pour la vente de 470.000 tonnes de Co2 et le projet continue à servir de courtier entre acheteurs et vendeurs potentiels.

Vous trouverez un exposé détaillé du programme d'action de l'OIBT en vous reportant au Plan d'action OIBT de Yokohama ou en cliquant sur Ressources et Dossier des projets pour en savoir plus au sujet des travaux de l'OIBT sur la restauration et les forêts plantées.