À la une rss

Une vidéo montre l’ouverture d'une usine communautaire de traitement du bambou en Indonésie

Une nouvelle vidéo en ligne montre l’ouverture d’une usine de traitement du bambou mise en place dans le cadre d'un projet de l'OIBT à Flores dans la province du Nusa oriental en Indonésie. Inaugurée le 22 mars dernier, cette installation permet aux populations locales d’accroître leurs revenus en prolongeant la durée de vie de leurs produits du bambou. Ceux-ci sont en effet valorisés en leur appliquant une technique de conservation respectueuse de l’environnement appelée 'ECOSOTE'. La production de bambou traité ouvre à ces communautés de nouveaux marchés et accompagne le développement d’une filière durable du bambou dans cette région. Cette usine de traitement est une réalisation du projet de l’OIBT PD 600/11 Rev.1 (I): «Renforcement des capacités modèle pour une utilisation efficiente et durable des ressources en bambou en Indonésie».

Renforcer la gouvernance des forêts communautaires en Indonésie en accroissant la capacité administrative

La foresterie communautaire est en plein essor en Indonésie, pays où une part croissante de l’offre en bois est alimentée par les petits agriculteurs, en particulier dans les provinces de Java et de Nusa Tenggara. Si la sylviculture leur offre en effet la possibilité d’augmenter leurs revenus de manière non négligeable, les procédures bureaucratiques peuvent considérablement compliquer les choses. À cet égard, Le Gouvernement de l’Indonésie, avec l’assistance de l’OIBT, a simplifié les démarches pour qu’il leur soit plus aisé de récolter, de transporter et de vendre en toute légalité leur bois, ce qui stimule la filière forestière et multiplie les avantages qu’en retirent les communautés locales et l’environnement. La vidéo ci-dessous permet d’en savoir plus sur ce nouveau projet.

Renforcer les capacités est crucial pour la réussite des aires de conservation transfrontalière, selon un rapport

Il faut engager un effort de grande ampleur en vue de renforcer les capacités des acteurs qui jouent un rôle au niveau des aires de conservation transfrontalière (TBCAs), selon un rapport d’un atelier régional sur les TBCA dans la région Asie-Pacifique, qui s’est tenu au début de l'année.

Assembler les pièces du puzzle

La foresterie durable a beaucoup à offrir à tous les niveaux, de la maison à la planète. Or, dans les décennies à venir, certaines ressources non renouvelables vont se raréfier alors même que la demande en matériaux ira croissant. Il pourrait donc y avoir une crise des ressources, que la foresterie est précisément susceptible de prévenir dans une certaine mesure tout en procurant des services environnementaux cruciaux.

Dans ce numéro, le Directeur exécutif de l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), M. Gerhard Dieterle (page 3) développe son raisonnement selon lequel il faudrait en fait considérer les produits forestiers à l’instar des produits alimentaires, à savoir comme s’agissant de produits indispensables. Au cours des décennies à venir, les besoins en produits forestiers, y compris pour se substituer aux matériaux renouvelables et énergies fossiles, vont sensiblement s’accroître, une situation à laquelle l’offre devra répondre. M. Dieterle pense donc qu’il est possible d’exploiter cette nécessité par des mesures côté demande permettant d’inciter les producteurs forestiers à gérer leurs forêts en mode durable. L’OIBT est à cet égard bien placée, explique-t-il, pour aider ses pays membres en ce sens, compte tenu de sa riche expérience de terrain en matière de projets et du son rôle qu’il joue de longue date dans l’élaboration des politiques forestières.

La zone tampon de Pulong Tau: son écosystème, sa biodiversité et ses populations – Une nouvelle publication sur un projet de l’OIBT

Dans ce rapport technique sont réunis les résultats de plusieurs études qui ont été menées dans le cadre du projet de l’OIBT PD 635/12 Rev.2 (F): «Gestion de la zone tampon du Parc national de Pulong Tau avec la participation des collectivités locales au Sarawak (Malaisie)». Il a permis de montrer le rôle crucial qu’une zone tampon peut jouer pour, d’une part, renforcer la protection d’une aire protégée centrale et garantir une base de ressource à l’usage des collectivités locales d’autre part. De ce point de vue, il est venu complémenter d’autres projets exécutés antérieurement au Sarawak, lesquels étaient axés sur la conservation de la biodiversité et l’amélioration des moyens de subsistance au sein des aires protégées. Ce projet constitue donc le point d’orgue d’une longue et fructueuse collaboration entre le Sarawak et l’OIBT en matière de foresterie et de conservation de la biodiversité, qui a démarré vers la fin des années 80. Enfin, ce rapport contribuera à approfondir le dialogue sur les rôles des zones tampons gérées en mode durable dans l’optique de préserver des paysages uniques de forêts protégées en région tropicale.

L’OIBT et le Honduras signent un accord de projet sur des essences ligneuses moins utilisées

L’OIBT et le Gouvernement du Honduras ont signé ce lundi 16 avril un accord portant sur la mise en œuvre d’un projet destiné à améliorer la sylviculture, la commercialisation et l’utilisation de douze essences mineures à bois d’œuvre qui sont présentes en abondance dans la région de la Caraïbe hondurienne. Sachant que le secteur forestier de l’exploitation forestière y est traditionnellement de type sélectif, il s’agit à travers ce projet de promouvoir la gestion durable des forêts en couvrant un éventail élargi d’espèces arborées.