À la une rss

L’effervescence autour des chaînes d’approvisionnement vertes

Ce dépôt de grumes, vu d’un drone, près de Douala au Cameroun est l’un des maillons de la chaîne d’approvisionnement en bois tropicaux. Photo: A. Walmsley/TRAFFIC

Ce dépôt de grumes, vu d’un drone, près de Douala au Cameroun est l’un des maillons de la chaîne d’approvisionnement en bois tropicaux. Photo: A. Walmsley/TRAFFIC

Les chaînes d’approvisionnement dites «durables» ou «vertes» et la manière dont elles pourraient aider à sauver les forêts tout en étant utiles aux producteurs comme aux consommateurs font aujourd’hui couler beaucoup d’encre. Mais, de quoi s’agit-il exactement?

Dans ce numéro de TFU, le Directeur exécutif de l’OIBT, Gerhard Dieterle, (page 3) explique à cet égard que des chaînes d’approvisionnement vertes «seraient une source d’avantages pour toutes les parties prenantes, depuis les propriétaires forestiers en région tropicale jusqu’aux consommateurs de produits finaux, en passant par l’environnement planétaire». Ainsi, s’il est vrai que les entreprises pourront vouloir mettre en place des chaînes d’approvisionnement vertes dans le souci d’adopter une démarche de responsabilité citoyenne, il semblerait que, selon un récent atelier organisé en Chine (évoqué dans l’article de G. Dieterle), le secteur privé les considère aussi comme un moyen de réduire ses coûts et d’accroître son efficience.

Une approche holistique essentielle pour la foresterie tropicale, selon l’OIBT

Mme Shemala Satkuru délivre son allocution liminaire lors de la 18e Conférence sur la foresterie en Malaisie. Photo: MFC2018

Mme Shemala Satkuru délivre son allocution liminaire lors de la 18e Conférence sur la foresterie en Malaisie. Photo: MFC2018

Il est nécessaire en région tropicale d’adopter une approche holistique de la gestion durable des forêts (GDF) afin d’optimiser la contribution du secteur forestier tropical aux besoins mondiaux, selon Shemala Satkuru, la Directrice adjointe des opérations à l’OIBT. Ainsi s’est exprimée Mme Satkuru lors de la 18e Conférence sur la foresterie en Malaisie: Faire progresser la foresterie durable par la numérisation et les technologies, qui s’est tenue à Kuching dans l’État du Sarawak (Malaisie) du 31 juillet au 2 août dernier.

L’essor de la population mondiale exigera plus de bois, plus de produits forestiers er plus d’alimentation, a expliqué Mme Satkuru. «Il faut valoriser une démarche de type transversal entre la foresterie et l’agriculture pour donner naissance à des solutions concertées en matière de gestion des affectations des sols et être en mesure de relever les défis actuels et futurs.»

La gestion durable des forêts nécessite une «révolution par les incitations», affirme le Directeur exécutif

Le Directeur exécutif de l’OIBT, Gerhard Dieterle, a expliqué que les gouvernements se devaient de faire davantage pour encourager la gestion durable des forêts (GDF) en région tropicale, y compris en offrant des incitations.

«Nombreux sont les pays où une production non viable est plus profitable que des pratiques durables, lesquelles sont plus coûteuses », a-t-il expliqué. «C’est pourquoi nous avons besoin d’une révolution au niveau de la manière dont le secteur public offre des incitations et dont il favorise la gestion durable des forêts par rapport à une gestion non viable.» M. Dieterle a délivré ces observations dans le cadre d’une table ronde intitulée «Du bois durable pour un monde pérenne», qui s’est tenue au cours de la 24e session du Comité des forêts de la FAO et de la sixième Semaine mondiale des forêts, organisées du 16 au 20 juillet à Rome (Italie).

La collaboration: le facteur clé pour mettre en place des chaînes d’approvisionnement sans déforestation, selon des spécialistes

Selon des spécialistes des forêts figurant parmi les plus éminents au monde, la collaboration entre pays producteurs forestiers et pays consommateurs de bois tropicaux est cruciale s’agissant de mettre sur pied des chaînes d’approvisionnement «sans déforestation» en vue de réduire le déboisement et de doper le développement économique. Dans une vidéo produite par l’OIBT, le Directeur exécutif de l’Organisation, Gerhard Dieterle, et des représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et des organisations non gouvernementales Global Canopy et Forest Trends y évoquent les défis à relever pour assurer que l’approvisionnement en bois encourage la gestion durable des forêts et contribue à mettre un terme à la déforestation tropicale. Or, pour réussir à mettre en place ce type de chaîne d’approvisionnement n’impliquant aucune déforestation, il faudra, observent-ils, de la volonté politique, des personnes extrêmement motivées, une bonne gouvernance ainsi qu’une collaboration entre les divers secteurs concernés ainsi qu’entre les aménagistes forestiers, les entreprises d’exploitation forestière, de transport, de transformation et de vente au détail, les organisations de la société civile, et les pouvoirs publics. Ainsi se sont-ils exprimé durant le Colloque international sur l’activation de chaînes d’approvisionnement mondiales sans déboisement dans l’optique de l’arrêt de la déforestation, qui a été organisé à Tokyo (Japon) par l’Agence japonaise des forêts (JFA), l’OIBT et la FAO en janvier dernier.

Les bois tropicaux, le bambou et le rotin pourraient aider à combler l’offre déficitaire en matériaux respectueux de l’environnement

Lors du Congrès mondial sur le bambou 2018 (BARC2018) qui s’est tenu vers la fin du mois dernier, les participants ont convenu que le secteur du bois, et celui du bambou et rotin devaient travailler ensemble afin de répondre à la demande en produits forestiers qui augmente sous l’effet de l’essor démographique, de combler l’offre déficitaire en matériaux de construction d’origine durable et de conserver les forêts tropicales. Tous ont été unanimes pour dire que les bois tropicaux, le bambou et le rotin constituaient des produits de base qui coexistent et sont complémentaires, et que les écosystèmes dont ils font partie jouaient des rôles importants s’agissant d’atténuer les effets du changement climatique et de s’y adapter.

Au titre de la première étape majeure visant à intensifier l’interaction entre ces secteurs, l’OIBT et le Réseau international pour le bambou et le rotin (INBAR) ont signé durant le BARC2018 un protocole d’accord aux fins de renforcer la coopération entre ces deux organisations.

Les entreprises de bois chinoises s’engagent à développer conjointement une chaîne d’approvisionnement mondiale verte

Un atelier et un dialogue co-organisés par l’OIBT en Chine vers la fin de juin se sont conclus par un appel de la part de douze entreprises chinoises leaders dans le secteur des produits forestiers—et dont le chiffre d’affaires combiné s’élève à 80 milliards RMB (environ 12 milliards)—à mettre en place une initiative pour une chaîne d’approvisionnement mondiale verte (GGSC), que l’OIBT sera chargée de promouvoir.

L’OIBT a en effet pour mandat de promouvoir la gestion durable des forêts (GDF) ainsi que l’expansion et la diversification du commerce de bois tropicaux obtenus de sources légales et durables. En collaboration avec le Centre du commerce international des produits forestiers de l’Administration nationale chinoise de la foresterie et des herbages (CINFT/NFGA), l’OIBT a organisé les 21 et 22 juin derniers à Pékin (Chine) un Atelier international sur la chaîne d’approvisionnement mondiale en produits forestiers ainsi qu’un Dialogue avec les grandes entreprises chinoises de la filière du bois, ce dans le but de susciter l’intérêt pour les chaînes d’approvisionnement vertes au sein du vaste secteur chinois du bois.

rssAutres réunions

Conférence mondiale 2018 sur l’ingénierie du bois
Du 20 au 23 août 2018 à Séoul (République de Corée)
Forum mondial sur les paysages (GLF Nairobi 2018)
Les 29 et 30 août 2018 à Nairobi (Kenya)
Salon international du bois de Klagenfurt 2018
Du 29 août au 1er septembre 2018 à Klagenfurt (Autriche)
Conférence mondiale sur les délits forestiers
Du 4 au 6 septembre 2018 à Lyon (France)
8e Conférence chinoise sur le commerce mondial du bois
Les 16 et 17 septembre 2018 à Chongqing (Chine)
Gestion des paysages: Des données à la décision
Du 17 au 19 septembre 2018 à Prague (République tchèque)