• TOP
  • Nouvelles
  • Une approche holistique essentielle pour la foresterie tropicale, selon l’OIBT

Communiqué de presse

Une approche holistique essentielle pour la foresterie tropicale, selon l’OIBT

3 août 2018

5661_ext_06_fr_0.jpg

Mme Shemala Satkuru délivre son allocution liminaire lors de la 18e Conférence malaisienne sur les forêts. Photo: MFC2018

Il est nécessaire en région tropicale d’adopter une approche holistique de la gestion durable des forêts (GDF) afin d’optimiser la contribution du secteur forestier tropical aux besoins mondiaux, selon Shemala Satkuru, la Directrice adjointe des opérations à l’OIBT. Ainsi s’est exprimée Mme Satkuru lors de la 18e Conférence sur la foresterie en Malaisie: Faire progresser la foresterie durable par la numérisation et les technologies, qui s’est tenue à Kuching dans l’État du Sarawak (Malaisie) du 31 juillet au 2 août derniers.
 
L’essor de la population mondiale exigera plus de bois, plus de produits forestiers er plus d’alimentation, a expliqué Mme Satkuru. «Il faut valoriser une démarche de type transversal entre la foresterie et l’agriculture pour donner naissance à des solutions concertées en matière de gestion des affectations des sols et être en mesure de relever les défis actuels et futurs.»
 
Mme Satkuru a par ailleurs observé que la dégradation des forêts demeurait un problème majeur dans les régions tropicales. Or, il serait possible d’y remédier par le reboisement, la restauration des forêts et la GDF en vue d’assurer une offre en bois et produits forestiers qui soit stable, d’origine légale et durable pour répondre à la demande grandissante.
 
«Il est crucial de relier les producteurs de bois tropicaux aux marchés internationaux et, au final, aux consommateurs finaux, ce qui signifie qu’il faut traiter l’intégralité des chaînes d’approvisionnement suivant une démarche holistique», a-t-elle précisé. «Pour que cela se réalise à grande échelle, il va falloir renforcer sensiblement les capacités, y compris en adoptant les meilleures technologies permettant de mettre en œuvre la GDF et d’assurer la traçabilité des produits forestiers au fil des chaînes de produits.»
 
Dans son intervention, Mme Satkuru a évoqué plusieurs activités que mène l’OIBT visant à promouvoir la production de bois et produits forestiers tropicaux dans le respect de la légalité et en mode durable. Il s’agit des suivantes:
  • Une initiative relative aux chaînes mondiales d'approvisionnement vertes a été lancée à Pékin (Chine) en juin dernier en vue d’améliorer la production, la transformation, la distribution et la consommation de bois et produits forestiers d’origine légale et durable, y compris les bois tropicaux, dont bénéficient l’ensemble des parties prenantes, du propriétaire forestier en région tropicale jusqu’au consommateur final en passant par l’environnement planétaire. Cette initiative comprend une déclaration émanant de douze grandes entreprises chinoises de produits forestiers par laquelle elles s’engagent à s’efforcer de mettre en place des chaînes d’approvisionnement vertes. L’OIBT aidera à faciliter une approche graduelle afin de veiller à un approvisionnement stable et fiable en matières bois brut d’origine légale et durable dans l’optique de développer une filière prospère des produits forestiers.
  • Du bois durable pour un monde viable, une initiative du Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF), dont l’OIBT est membre, a pour objet de renforcer les chaînes de valeur du bois d’origine durable, de la production à la consommation, aux fins de valoriser les avantages économiques, sociaux et environnementaux que celui-ci procure.
  • La conférence internationale Travaillons avec les divers secteurs pour arrêter la déforestation et étendre les superficies forestières: De l'aspiration à l'action, qui s’est tenue à Rome en mai 2017, a examiné les facteurs de déforestation et les manières d’y apporter une réponse.
  • Les lignes directrices de l’OIBT se rapportant aux forêts font l’objet, dans le cadre du PCF, d’une révision afin de prendre en compte les récents développements et de traiter la question de l’intégrité d’un paysage. Il s’agit essentiellement de renforcer les fonctions écosystémiques en faveur de l’eau, de la biodiversité ainsi que de l’atténuation du changement climatique et de l’adaptation à ses effets tout en assurant une productivité optimale et des avantages économiques pour les collectivités qui vivent au sein de ces paysages.
 
Mme Satkuru a également présenté les expériences de l’OIBT à travers des projets qu’elle a financés ayant eu recours à des technologies numériques pour faire avancer la GDF ainsi que les enseignements qui ont été tirés. Il s’agit des projets: Système informatisé d'information pour les entreprises forestères du Guatemala; Identification des espèces et traçabilité du bois au moyen du génotypage et des isotopes stables en Afrique et en Indonésie; Système national d'information forestière de l'Équateur; Plateforme en ligne permettant de faciliter le flux d'informations à destination des PME en Chine; Identification des espèces arborées inscrites à la CITES au moyen de la spectroscopie proche infrarouge au Brésil; et les résultats de travaux conduits dans le cadre d'une bourse de l’OIBT sur la cartographie de l'exploitation forestière sélective au Brésil.
 
Au nom du Directeur exécutif de l’OIBT, M. Gerhard Dieterle, Mme Satkuru a félicité l’État du Sarawak concernant son objectif de faire certifier d’ici à 2022 toutes les concessions forestières de long terme et pour sa mise en œuvre du Système de vérification de la légalité du bois du Sarawak.
 
Télécharger l'allocution liminaire de Mme Satkuru.
 
Suivre le fil de la conférence sur les réseaux sociaux FacebookInstagram et Twitter.
 
Pour en savoir plus sur la 18e Conférence sur la foresterie malaisienne, on consultera: https://mfc2018.com.my.