Biodiversité & conservation transfrontières

D0317.jpg

Le Parc national de Madidi, point focal du projet
OIBT PD 17/00. Photo: J. Nations, CI

Bien qu'elles ne couvrent que 5% de la planète, on pense que les forêts tropicales abritent plus de la moitié des espèces végétales et animales terrestres du monde. Cette biodiversité a de multiples fonctions utiles, y compris celle d'aider à entretenir la santé et la productivité des forêts.

Au début des années 90, l'OIBT a collaboré avec l'Union mondiale pour la nature (UICN) à l'élaboration des Directives de l'OIBT pour la conservation de la diversité biologique dans les forêts tropicales de production. Ces directives ont été publiées en 1993. Elles expliquent pourquoi la conservation de la biodiversité doit être un objectif des politiques forestières nationales et définissent des moyens permettant de créer un domaine forestier permanent intégrant des aires de conservation et des forêts naturelles et artificielles de production.

Les Directives donnent des conseils sur la planification au niveau du paysage, par exemple en prévoyant de relier des réserves par des couloirs de forêt naturelle pour permettre à la faune de se déplacer entre réserves. Au niveau du terrain, elles présentent des principes et des actions recommandées pour maximiser la conservation de la biodiversité au cours des activités de gestion.

Le programme d'action de l'OIBT adopte une double approche de la conservation de la biodiversité. Premièrement, il vise à réduire la perte de biodiversité liée à l'extraction des produits et services forestiers, en particulier le bois, en améliorant la gestion des forêts (voir, par exemple, planification et exploitation à faible impact). Deuxièmement, il aide les pays membres à mettre de côté et gérer des secteurs totalement protégés. En particulier, l'OIBT apporte son soutien dans le cas de plus de 10 millions d'hectares d'aires de conservation transfrontières dans lesquelles deux ou plusieurs pays coopèrent à la gestion et à la conservation d'espaces importants du point de vue écologique, de part et d'autre des frontières.

Après plus d'une décennie de leur application, l'OIBT a entrepris la révision de ces directives. La révision sera précédée de tests sur le terrain dans quelques pays tropicaux sélectionnés.

Vous trouverez un exposé détaillé du programme d'action de l'OIBT en vous reportant au Plan d'action OIBT de Yokohama ou en cliquant sur Ressources et Dossier des projets pour en savoir plus au sujet des travaux de l'OIBT en matière biodiversité et de conservation transfrontière.